Les oiseaux en hiver

Comment les aider ?
Imprimer
Nourrir les oiseaux en hiver ?
 
Contrairement aux idées reçues, nourrir les oiseaux  sans distinction de saison peut leur être très préjudiciable.
La période privilegiée pour leur venir en aide reste l'hiver. Toutefois,  il convient de rester parcimonieux, notamment en période de redoux où la ressource reste davantage accessible. 
Il s'agit en effet de ne pas les rendre  dépendants de notre approvisionnement. Alors qu'en fait, en dehors des épisodes neigeux qui recouvrent toute la végétation et rendent compliquée la recherche de nourriture, les oiseaux peuvent trouver toutes sortes de baies, de petites graines, même durant les grands frimas de l'hiver.
En revanche quelques precautions s'imposent : éviter absolument le pain ou les biscottes !
Ils contiennent du sel qui est très mauvais pour leur organisme. Privilégiez les graines ou les fruits secs.
Le CRBPO ( Centre de Recherches sur la Biologie des Populations d’Oiseaux) présente ici 6 règles d’hygiène simples pour l’usage des mangeoires. En période de gel prolongé, où nous pouvons également mettre à disposition de la nourriture (pertes énergétiques), le plus important demeure l'accès à l'eau. Poser une coupelle régulièrement renouvellée et nettoyée n'est pas superflu !
Photographie : Jan Nidjendijk
Et si vous aimez observer à travers la fenêtre des oiseaux picorer dans votre jardin l'hiver, la meilleure solution, c'est encore de planter des petits arbustes de nos régions ici
ou telechargez le guide eco jardin
 
 
2019oiseau-fringilla-montif.jpg
photo Jan Van der Straaten
 
Pour aider les oiseaux à passer l'hiver, plantez des haies !

Les haies diversifiées fournissent quantités de baies à de nombreuses espèces d’oiseaux comme le Merle noir, la Grive musicienne, ou encore la Grive mauvis qui aura fait plusieurs milliers de kilomètres pour se délecter du cynorhodon,  fruit de l’églantier, ou bien de la prunelle. La présence d’arbres fruitiers dans une haie (pommiers, poiriers, cognassiers…) fournira un met très recherché après les premières gelées. Aussi, le spectacle de milliers de pinsons, verdiers, linottes et autres granivores évoluant aux abords d’une haie n’est pas rare lors d’épisodes de grands froids. Perdrix grises et rouges, oiseaux des plaines, y trouveront un gîte et un couvert de choix.
Plus elle sera épaisse et diversifiée, plus son rôle de refuge sera important. Toutefois, l’hiver reste la saison privilégiée pour entretenir  la haie et  la maintenir à un stade arbustif. Si on laisse les essences végétales trop grandir,  l’effet protecteur de la broussaille et d’un branchage dense disparaît, privant par exemple de nombreux  oiseaux  d’un abri pour la reproduction   (Bruant jaune, Fauvette babillarde, Tarier pâtre…).

Face à un constat de disparition massive des haies depuis les années 50, le Parc naturel s’est engagé dans une démarche de replantation et de restauration de cette trame verte du territoire.
Ainsi, des chantiers de plantation sont organisés chaque année en partenariat avec des agriculteurs, des propriétaires et la FICIF(7). Depuis 2010, plusieurs kilomètres de haies champêtres ont ainsi été plantés sur 12 communes du territoire.

linaria_cannabina

Oiseaux migrateurs  :

L'hiver, c’est l’époque des haltes migratoires pour les oiseaux qui ne nichent pas chez nous : on peut les observer sur les étendues d’eau ou dans les champs sur les plateaux, dans les friches... Autant de milieux d’accueil importants pour leur cycle annuel, où ils trouvent de quoi se reposer et se nourrir, qu’ils soient migrateurs au long cours où qu’ils stationnent ici tout l’hiver. Ces haltes sont aussi pour les naturalistes des associations du Parc des moments privilégiés pour les identifier et estimer leurs effectifs.

Haut de page