Espace public

Imprimer
L’espace public correspond à l’ensemble des lieux dans lequel chaque individu a le droit de circuler et de se rassembler librement. Il peut être urbain (ex : place de village) ou naturel (ex : chemin). La façon dont il est aménagé influence sur la qualité du cadre de vie et l’environnement.
 
Ces fiches proposent, par thématique, des principes d’aménagements de l’espace public qui intègrent le respect du patrimoine et des paysages, la préservation des milieux naturels et tendent à l’économie d’énergie.
 
1. L’espace public au début du XXème siècle, ce que révèlent les cartes postales
 
La forme des espaces publics s’est constituée en fonction des axes de circulation, de l’implantation du bâti et des aménagements liés aux usages de l’eau. Ces tracés ont très peu évolué depuis le cadastre napoléonien (XVIIIe siècle).
 
Les espaces publics du début du XXe siècle sont «vides». Seule la gestion des eaux pluviales et le dispositif bordure / caniveau systématiquement en grès soulignent la chaussée. Les trottoirs pavés permettaient aux piétons de circuler hors d’eau. Les grands espaces libres laissaient une place importante aux façades qui ressortaient dans l’espace public.
 
 
2. Les outils réglementaires
 
Agir sur l’espace public nécessite de maîtriser le foncier, d’acquérir les espaces nécessaires, de trouver des financements, d’avancer pas à pas tout en tenant la cohérence d’ensemble...
Le PLU, parce qu’il est l’occasion d’une réflexion globale sur la commune et parce qu’il offre des outils et dispositions adaptés à son aménagement, est une aide précieuse à la disposition des élus qui souhaitent mener un projet d’espace public.
Cette fiche présente quelques leviers possibles pour agir sur l’espace public à travers le PLU et les autres outils urbanistiques qui peuvent lui être associés.
 
 
3. La Trame Verte et Bleue en ville
 
Les espèces vivent dans différents types de milieux : milieux forestiers, milieux herbacés ouverts, milieux humides... L’ensemble de ces milieux forment un réseau écologique plus ou moins fragmenté par les aménagements humains.
Constituer une trame verte et bleue consiste à maintenir ou restaurer les liens entre les différents types de milieux afin de favoriser les flux des espèces animales et végétales.
 
 
4. Les revêtements de sol
 
Les revêtements de sol permettent d’asseoir les bâtiments, de délimiter les espaces, de caractériser les usages ou encore de créer un lien entre différentes entités.
Quelques conseils pour bien les choisir :
Conserver des espaces libres, voire vides qui assurent une mise en valeur du bâti et des appropriations spontanées par les habitants (ex : bandes en terre au pied des maisons destinées à être plantées par les riverains),
Penser l’aménagement des espaces publics en faveur de la multifonctionnalité des lieux (ex : une aire de stationnement transformée en espace de fête...)
 
 
5. L’éclairage public
 
Selon une enquête de l’ADEME, réalisée en 2005, environ 20 % du budget énergie d’une commune et un peu moins de 50% de sa consommation d’électricité sont consacrés à l’éclairage public. La consommation d’énergie pour ce poste continue de progresser malgré les technologies basse consommation en raison du nombre de points lumineux en constante augmentation.
 
 
6. Se déplacer autrement
 
Le nombre de véhicules augmente constamment, résultat : l'air est pollué, le réseau routier saturé et la ville devient inconfortable, voire dangereuse. Nos territoires doivent donc laisser une plus larde place aux transports en commun : vélos, covoiturage, bus, train...
 
 
7. La détente par le mobilier rural
 
L'installation de mobilier urbain de "détente" dans l'espace public permet de rendre la ville vivante, animée et conviviale tout en assurant une ambiance sereine. Dans le mobilier dit "de détente", on compte : les bancs, les tables, les fontaines, les plans d'eau, les équipements sportifs, les aires de jeux, les jardinières...
 
 
8. Prairies et jachères fleuries
 
Le fleurissement des villes et des villages est une pratique ancienne à laquelle les habitants autant que les élus sont très attachés. Mais aujourd’hui, il revêt de nouveaux enjeux : il participe toujours de l’embellissement du cadre urbain, mais doit aussi tendre vers une économie de ressources (eau, énergie), un retour de la biodiversité et l’absence de produits phytosanitaires. D’autres questions se posent aujourd’hui : pourquoi ne pas faire des parterres à d’autres fins qu’esthétiques ? Ne peut-on pas utiliser des plantes sauvages en ville ?
Voilà pourquoi on parle aujourd’hui de fleurissement alternatif.
 

Mobilier extérieur

9. Mobilier extérieur - table de 
pique-nique
 
Ce mobilier créé pour permettre l'accueil de visiteurs est composé de formes simples, conçu à partir de matériaux "bruts", il est adapté aux sites ruraux et patrimoniaux. Réalisée avec du chêne extrait de la Forêt de Rambouillet non traité et séché à l'air libre, sa conception et sa réalisation
sont directement issues de savoir faire locaux.
 
 
10. Intégrer le mobilier dédié aux vélos dans l’aménagement
 
Face à la diversité proposée par les fabricants de mobilier, il est parfois difficile de faire son choix. Le PNR vous propose à titre d’exemple deux familles d’attaches-vélos afin de s’adapter au contexte. Ces exemples ne sont pas exhaustifs et les communes restent libres de choisir d’autres modèles, en fonction du site d’implantation et du mobilier déjà existant.
 
Haut de page