Réflexion ouverte pour le centre-bourg des Mesnuls

Imprimer
Les habitants du village ont pu vivre une expérience de concertation inédite pour repenser les espaces publics. Cet exercice d’intelligence collective a été un succès.
Article de Cécile Couturier pour l'Echo du Parc n°88 (novembre 2021)
Rendez-vous était donné le samedi 5 juin 2021 au parc municipal. Tous les habitants à partir de 11 ans étaient conviés. Il fallait respecter le protocole sanitaire : rencontre en plein air, respect des distances de sécurité, constitution de petits groupes, partant en horaires décalés… Pourtant, 125 personnes étaient présentes, sur les quelque 800 Mesnulois, prêtes à se frotter à de nouvelles têtes et cogiter intensément. Ils avaient répondu à l’appel de la mairie : Venez réfléchir avec nous à l’avenir du centre-bourg !
 
« Souvent, les riverains se désintéressent de la politique et participent peu à la vie locale, se mettant parfois en position de consommateurs, explique Marie Lescroart, adjointe au maire des Mesnuls. Comme s’ils ne pouvaient que recevoir les actions, et non les proposer ou y participer. Nous avons donc voulu donner envie aux habitants de s’impliquer et redevenir acteurs de leur village. Car tout le monde a des choses à dire, des idées intéressantes à donner ! »
 
On ouvre la boîte à idées
 
L’équipe municipale décide donc de faire bûcher les Mesnulois sur le réaménagement du centre. Tous les espaces communs sont mis au débat : place de l’église, salle des fêtes, Maison du jardinier (la salle associative), esplanade du Mail et parc municipal. Côté méthode, c’est la concertation qui est choisie. L’idée n’est donc pas de voter « pour » ou « contre » un projet, de faire des remarques sur un avant-projet, mais bien de partir d’une feuille blanche. Certes, il y a quelques contraintes – périmètre, compétences de la mairie, budget, etc. – mais pour le reste, tout peut être étudié.
 
Afin de cadrer la démarche, la mairie se rapproche du Parc qui d’emblée soutient l’aventure : « C’est assez inédit de coconstruire dès le départ un tel projet d’aménagement avec les habitants, souligne la chargée de mission urbanisme, Jennifer Bureau. Ils sont en effet bien placés pour faire part de leurs besoins et usages, et évaluer la fonctionnalité des équipements. » Le Parc propose l’accompagnement par une agence de concertation : la mairie choisit Palabreo. Il accorde aussi une subvention « concertation innovante » et, en temps utile, fournira son expertise sur les aspects urbains, architecturaux, paysagers, environnementaux.
 
Tout commence donc le 5 juin par une balade découverte. Les groupes arpentent l’ensemble des sites, notant leurs sensations et idées dans un « Carnet du voyageur ». Ils commencent à se projeter : ici une bibliothèque mobile, là un café, là-bas des scultpures d’artistes locaux… Tout est livré à Palabreo qui remplit peu à peu un grand « réservoir
d’idées ». Puis c’est le « Grand jeu de l’aménageur », le soir du 1er juillet. Là, de nouvelles équipes sont formées. Elles piochent dans le « réservoir », qui évaluent, sous-pèsent les idées… pour au final – c’est la consigne – arriver à un consensus. Chacune présente enfin, plan à l’appui, un projet d’aménagement global du centre-village. « On a retrouvé beaucoup de similitudes entre les différents projets, alors que chaque groupe travaillait de son côté ! souligne Jennifer Bureau. Cela montre bien que certaines idées tombent sous le sens. Quand on offre aux habitants un espace de dialogue, dans un cadre clair, c’est très productif. »
 
Avec son groupe, Fanny Gilles, qui vit ici avec sa famille depuis quinze ans, a retenu « des équipements modulables dans la Maison du jardinier pour en faire une salle des rencontres et de la culture polyvalente. Ou un trottoir en zig-zag devant la boulangerie afin de ralentir la circulation. » Jacques Lecarpentier, jeune retraité, ne cache pas que « parfois, personne n’était d’accord. Mais c’est ça qui est intéressant : on discute, on s’écoute, on comprend les besoins des autres. Car un village doit satisfaire tout le monde. Et puis, cela nous confronte à des sujets comme l’emplacement de l’arrêt de car… Une question que se pose une mairie, à laquelle nous n’avions pas pensé ! »
 
Grand jeu de l'aménageur
 
Et maintenant ? Les élus sont train d’analyser les scénarii, nourris par cette belle moisson de propositions. « Nous choisirons ce qui nous semble le plus adapté, et les habitants sauront pourquoi les autres ont dû être écartés, conclut Marie Lescroart. Nous devrons justifier nos choix. » Y compris devant les plus jeunes, car les enfants de l’école aussi ont été consultés. Et leur imagination a carburé à plein, donnant, en vrac : des jeux de plein air et des parcours pour chiens, un food truck-marchand de glaces en été… et même une rivière qui relierait l’étang du parc à la fontaine, et serait surplombée par un pont japonais. Quand on ouvre la boîte à idées, on ne sait jamais où cela peut nous mener !
 
LE PROJET EN QUELQUES MOTS
  • LE LIEU : les cinq espaces publics du centre-bourg : parc, place de l’église, esplanade du Mail, salle des fêtes et Maison du jardinier.
  • LES PROTAGONISTES : la municipalité, les habitants, l’école, l’agence Palabreo, la mission urbanisme du PNR.
  • QUAND ? Deux ateliers de production d’idées, en juin et juillet ; sélection par la municipalité puis restitution en fin d’année.

 

Haut de page