Tiers-lieux

Imprimer
Tiers lieux en gestation aux quatre coins du Parc
 
En novembre dernier, le Parc lance un Appel à candidatures pour des projets à impacts socio-environnementaux. Surprise, en plein confinement et dans un contexte économique peu encourageant, 36 propositions nous ont été envoyées. Dix d’entre elles ont été sélectionnées, répondant aux besoins identifiés du territoire, pour bénéficier d’un accompagnement gratuit sur huit semaines.
 
Article de Sophie Martineaud pour l'Echo du Parc n°86 (mars 2021)
 
Suite à l’installation du 50 Coworking à Méré par Blandine Cain, une implantation soutenue par le Parc, de nombreux projets de tiers-lieux émergent sur le territoire, ces lieux à la croisée d’un espace de vie et d’un espace de travail, fondés sur l’échange et la convivialité. Si à l’origine, le phénomène est urbain, les tiers-lieux semblent encore plus pertinents dans un environnement rural.
 
« Une plate-forme de coworking ou un tiers-lieu ancre des emplois sur le territoire, redynamise le commerce et les services locaux, retisse des liens de solidarité entre habitants, parents, professionnels » souligne Blandine Cain. Ce pourrait être la fin des « communes-dortoirs ». Plus les gens travailleront près de chez eux, et plus cela leur laissera du temps pour s’investir localement dans le milieu associatif, le social ou encore sur le plan familial. « On constate que des régions qui développent les tiers-lieux génèrent une attractivité massive, c’est clairement le cas en Nouvelle-Aquitaine » expose Blandine, qui estime que notre territoire a tout à y gagner.
 
 
Dynamisme local et solidarité
 
Pour répondre aux nombreux retours à l’appel à projets tiers-lieux, le Parc s’appuie sur la jeune entrepreneure pour partager son expertise à travers diverses interventions. Notamment, en décembre dernier, lors d’un atelier qui a permis aux participants d’élaborer une feuille de route détaillant les différentes étapes.
 
Parallèlement, pour son projet de tiers-lieu, la municipalité de Jouars-Pontchartrain a sollicité Blandine Cain à propos de la modélisation économique ou encore de la coexistence des différentes activités. Le projet reposant sur la réhabilitation d’un ancien relais postal sur la place Foch pour y recevoir pépinière d’entreprises et bistro, est né entre 2015 et 2017 sous le mandat municipal précédent. La nouvelle équipe communale a pris le relais et les travaux de gros-oeuvre devraient être terminés courant mars. Sont prévus, une plate-forme de coworking, une agence postale communale et un bar brasserie solidaire. « Ce lieu sera un pôle de compétences favorisant la citoyenneté, le développement durable et l’engagement écologique des entreprises » explique Flavie Hourtolou, nouvelle adjointe en charge du « vivre ensemble, développement économique et santé ».
 
Pour ne pas concurrencer les établissements existants, le point de restauration pourrait prendre la forme d’un bistro solidaire, proposant jeux de société et animations diverses. Ce projet trouve toute sa place au sein du dispositif national « Petites villes de demain » dont la commune est lauréate. Son objectif de revitalisation des coeurs de ville lui
permettra de bénéficier d’une aide à la réalisation de son projet : pôle de vie et d’animation autour de la mairie, de la médiathèque, du foyer rural et du marché du dimanche matin.
 
Nouveau coeur de ville
 
Lorsque les serres de Beaudreville, à l’abandon depuis 12 ans, ont été mises en vente aux portes de Gometz-la-Ville, Julien Perrin, en recherche de lieu depuis dix ans, n’a pas hésité longtemps. Avec l’aide de la Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural (SAFER), du Parc naturel et, en lien avec la commune, il a fait l’acquisition de cet ensemble d’1 hectare dont 6 000 m2 de serres pour l’installation d’un tiers-lieu « agri-culturel », mêlant production et programmation artistique et culturelle.
 
Cet agrégé de biologie et apiculteur résume sa démarche en trois mots : passion, innovation, connexion. « Depuis longtemps, mon souhait était d’oeuvrer pour des projets qui ont du sens, avec une équipe dont on partage les valeurs dans une ambiance conviviale ».
 
Ça bourdonne aux serres de Beaudreville
 
Sylvain a déjà commencé à investir les lieux avec ses cultures de morilles. Christophe s’apprête à lancer sa production de micro-pousses, pour fournir notamment restaurants et Amap. Il y a aussi Olivier et son projet d’aquaponie. Rien à voir avec la natation sur poneys ! Il s’agit d’un maraîchage qui créé des échanges de nutriments et de minéraux entre plantes et poissons. Alexandre va bientôt investir les lieux entre maraîchage et fabrication de jus de pomme, tout comme Ziloa Bio spécialisée dans la transformation et la distribution de produits alimentaires biologiques. Enfin, sous la houlette de Julien, un collectif de sept apiculteurs sera créé et regroupé sous la marque Apihappy, miellerie, production de propolis, de reines, etc.
 
Outre un Fablab, laboratoire de fabrication et d’innovation ouvert à tous, le tiers-lieu inclura un espace public, avec vente de produits, traiteur et diverses animations.
 
 
L’ÉQUIPE DU PARC A FOURNI UN APPUI MÉTHODOLOGIQUE À UNE DIZAINE DE PROJETS
 
Que vous soyez un particulier ou une commune, si vous avez un projet de tiers-lieu, le Parc peut vous accompagner. Mission développement économique du PNR 01 30 52 09 09 : Xavier Stephan, Sandrine Missakian et Léna Girard, une stagiaire qui a rejoint l’équipe, dans le cadre de son master 1-Transition écologique, solidaire et citoyenne
Filtrer
Haut de page