Histoire des étangs de Hollande

Nature, détente et patrimoine
Imprimer

Quel est le point commun entre une plage de sable fin, un Blongios nain et le roi Soleil ? La chaîne des étangs de Hollande/Saint Hubert. Six étangs classés au titre des monuments et des sites voient défiler chaque année jumelles, crème solaire, moulinets et pédalos. Bienvenue aux Etangs de Hollande, site naturel fragile à 547 kilomètres d'Amsterdam.

La reine Beatrix n'y est pour rien. Les étangs de Hollande n'ont pas une goutte de culture néerlandaise dans leurs eaux. Leur nom fait référence à un ancien château local, le domaine d'Orlande. Situés sur les communes des Bréviaires et du Perray-en-Yvelines, ils s'appellent Saint-Hubert, Pourras, Corbet, Bourgneuf, Petit et Grand étang de Hollande. Totalement artificiels, ils ont été endigués il y a plus de trois siècles sur une dépression naturelle pour alimenter les grandes eaux de Versailles. A l'époque, on se soucie peu d'économiser l'or bleu.  Louis XIV dépense sans compter. Ses bassins et ses jets d'eau en exigent 6300 m3 par heure ? Qu'à cela ne tienne, le roi Soleil met sur l'affaire ses meilleurs experts. Les premiers aménagements hydrauliques commencent par détourner la Bièvre. Suivent alors des projets aussi ambitieux qu'irréalistes comme l'aménagement d'un canal pour amener l'eau de la Loire à Versailles, une idée rapidement abandonnée. En1682, la machine de Marly met en marche ses 14 roues à aube, ses 250 pompes et ses centaines de balanciers pour fournir au château 900 m3 d'eau quotidien. Malgré la prouesse technique, le débit reste insuffisant et l'année suivante, le roi enjoint ses équipes d'aller creuser ailleurs. Dès 1683, sous la conduite de Vauban, un nouveau système d’étangs dits supérieurs est développé. Il comprend les 6 étangs actuels de Hollande mais aussi l’étang de la Tour, du Perray, l’étang des Noës et l’étang de Saint-Quentin ainsi qu'un système perfectionné de rigoles. Une fois ces travaux achevés, le complexe hydraulique pharaonique de Versailles compte quinze étangs, huit retenues, soixante kilomètres de rigoles, trente quatre de grand lit de rivières.

carte cassini 18e siecle

Emancipation  hydraulique ?
 
Aujourd’hui, certains des étangs ont disparu et le système n’alimente plus les eaux du roi Soleil. Mais cela reste récent. Entretenus par le service des eaux et fontaines du parc de Versailles jusqu'en 1982, les étangs de Hollande ont été déconnectés du château royal en 1977,  au moment où la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines pose ses premières pierres. C'est à cette même date que l'aqueduc de Trappes est partiellement détruit. « Le réseau n’est plus relié au château de Versailles, précise le SMAGER (Syndicat Mixte d'Aménagement et de Gestion des Etangs et Rigoles) en charge de la gestion des étangs depuis 1984, mais il permet toujours de gérer les eaux de 6500 d’hectares sur le plateau, de Rambouillet à Saint-Quentin-en-Yvelines, dont les eaux de pluie de nombreuses agglomérations. »
 
Comment ? Le système fonctionne toujours selon les lois de la gravité (seul un ensemble de 2 pompes a été ajouté  en 1990 pour envoyer les eaux de l’étang du Perray vers celui de Saint-Hubert). Les eaux pluviales de surface ruissellent dans les 44 kilomètres de rigoles qui collectent principalement des terres agricoles et forestières. Les rigoles se déversent à leur tour dans les étangs. Là, l'eau est stockée et régulée par les équipes du SMAGER, avec quelques ouvertures de vannes et des lâchers vers les cours d’eau situés en aval quand le niveau est trop élevé. Tous les hivers, pendant 2 à 3 semaines, entre 500 000 et 700 000 m3 d'eau des étangs de Hollande sont transférés à l’étang de Saint-Quentin-en-Yvelines. L’ouverture de la vanne de Saint Hubert permet aux eaux de s’écouler dans le grand lit de rivière pour finir leur course dans l'étang de Saint-Quentin-en-Yvelines. Tout ce système parfaitement huilé permet d'éviter les inondations et d'assurer un niveau d'eau permanent à l’étang de Saint-Quentin-en-Yvelines, pour l’activité de voile de la base de loisirs, dont une partie est classée en réserve naturelle.
 
Un dimanche au bord de l’eau
 
Les étangs n'ont pas qu'une fonction hydraulique, ils remplissent de nombreux autres offices, notamment l'accueil du public. Un dimanche d'été au grand étang de Hollande vous plonge d'emblée dans l'ambiance bord de mer. Pédalos, mini-golf, vélos, volley-ball, canoë Kayak, baignade (sur l'étang de Hollande exclusivement) : du 1er mai au 19 septembre, les Yvelines prennent des airs de Palavas-les-Flots. La base de loisirs, née après guerre, accueille aujourd'hui plus de 50 000 visiteurs chaque année. Les quatre étangs suivants, Bourgneuf, Corbet, Pourras et St Hubert, préfèrent fusils et musettes aux tongs et bikinis. Ici, on chasse et on pêche à la saison. Le SMAGER loue aux communes du Perray-en-Yvelines et des Bréviaires les étangs qui les sous-louent à leur tour aux associations de chasse ou de pêche. Que taquine-t-on aux étangs de Hollande ? Du haut de leur digue ou de leur pont, les pêcheurs ferrent gardons, brochets ou sandres.  Et que pointe-t-on ? Le canard colvert et les limicoles, ces petits échassiers qui plantent leur bec dans la vase pour en extirper leur proie. De septembre à mars, les chasses à courre démarrent au nord du grand étang de Hollande. Les cerfs traqués utilisent les étangs pour chercher un dernier abri.
 
base_loisir_etang_hollande
 
Oiseaux rares
 
Les plus grands utilisateurs des étangs de Hollande sont sans doute les oiseaux.  248 espèces  ont été observées par le réseau de naturalistes expérimentés. Certains y nichent, comme le Blongios nain, le Phragmite des joncs, la Bouscarle de Cetti et le Râle d'eau. D'autres s'accordent une halte sur leur chemin de  migration ou s'arrêtent quelques semaines pour passer l'hiver. Le Balbuzard pêcheur, le Butor étoilé et la Grande Aigrette font partie de ces résidents secondaires. Rares et remarquables, ils attirent chaque année longues vues et guides d'identification. « Les trois étangs orientaux constituent aujourd'hui le site de la région le plus visité par les ornithologues », précise le CORIF (Centre ornithologique d'Ile-de-France). Depuis 2001, les spécialistes du Parc naturel régional recensent dans les aqueducs souterrains un autre type de bêtes ailées : les chauves-souris. Avec 492 individus recensés en 2012 pour 11 espèces, ce site constitue le principal gîte d’hibernation du massif forestier de Rambouillet..
 
heron_cendre
 
Etangs de culture, étangs de nature ?
 
Formidable mixité des pratiques, richesse biologique, attrait touristique du département : les étangs de Hollande semblent avoir tout bon. Le site échappe-t-il aux problèmes de pollution et aux conflits d'usage ? Depuis la mise en place en 2008 par le SMAGER d'un comité scientifique pluridisciplinaire, les différents intérêts sont bien représentés. Le comité, formé d’écologues extérieurs au syndicat, donne son avis sur les travaux programmés, étudie la diversité des milieux naturels du réseau, oriente les pratiques. Les scientifiques démontrent que les saules trop nombreux ferment les milieux et limitent la biodiversité ? Des coupes d’envergure sont réalisées par le SMAGER. Et en quelques mois, les espèces qui s'étaient éclipsées réapparaissent, formant un cortège botanique remarquable.
 
ouvrage hydraulique etang de hollande

Quelle protection pour ces étangs ? Pour les trois associations CERF*, SNPN* et CORIF à l'origine de la « Synthèse naturaliste des étangs de Hollande/Saint- Hubert (août 2011) »  rejointes par le comité scientifique du SMAGER, la meilleure façon d'assurer durablement la protection de cette bulle de nature exceptionnelle (le site fait partie des plus grands étangs forestiers d'Ile-de-France) serait de faire classer le site en réserve naturelle.
Tout le monde s’accorde donc sur l’importance de préserver et d’accroître la diversité écologique du site, tout en faisant un outil d’éducation et d’observation compatible avec les enjeux de préservation.
Hier coulisses d'un tableau royal, les étangs de Hollande s’imposent aujourd'hui comme le théâtre d’une nature triomphale !

Article d'Hélène Binet, Echo du Parc avril 2012

Repères
- La chaîne des étangs s'étend sur 5 kilomètres et plus de 150 hectares en eau
- Le site est compris dans la zone de protection spéciale (ZPS) « Massif de Rambouillet et des zones humides proches » au titre de la directive Oiseaux.
- L'Anax empereur, libellule aux reflets turquoise inscrite sur la liste rouge mondiale des espèces menacées est présente sur les étangs.
- Les 6 étangs font partie du domaine de l’Etat qui en a délégué la gestion au SMAGER.
- En savoir plus www.smager.fr
 
* Centre d'Etudes de Rambouillet et de sa Forêt – Société Nationale de Protection de la Nature

La gestion des lieux par le SMAGER est largement orientée vers la protection de ses richesses naturelles. L'accueil du public, notamment dans les bâtiments de Saint-Hubert, porte également sur le respect de la qualité du site.

 

Haut de page