Voyages dans les lisières

Imprimer
Isabelle Olivier Hybridations artistiques …

Isabelle Olivier est habituée aux expériences artistiques insolites au sein du Parc à l’occasion de prestations avec les Itinéraires poétiques de Saint-Quentin-en-Yvelines ou de résidences de création.

La nature est pour elle une source d’inspiration, tout autant que la ville ! Partagée entre la France et Chicago Isabelle est revenu vers le Parc en 2016 avec un nouveau projet, « In Between / Lisière (s ) », avec l’intention de « faire naître ce que j’appelle une « permaculture » artistique. Comme chacun sait, dans la nature les lisières sont les lieux où la biodiversité est maximale. Je fais le pari que dans l’art, ces zones frontières où les arts entrent dans de folles hybridations en échangeant leurs propriétés sont également des espaces foisonnants où la créativité est à son apogée de possibilités. Je propose dans ce cadre une création où les saisons, les personnalités et les lieux, à travers leurs rapports toujours changeants, participeront ensemble à l’invention de nouvelles formes et de nouvelles expressions. »

C’est ainsi que sont nés ces Voyages dans les lisières que nous vous proposons tout au long de 2017 avec les communes de Magny-lès-Hameaux, Janvry, Clairefontaine et Sonchamp. A chaque étape, la lisière paysagère et artistique se rencontrent. Artistes, paysagistes, naturalistes et urbanistes vous immergent au sein de la lisière.

...et lisières naturelles...

La lisière, espace de transition, espace de rencontre, de confrontation ou de mélange, est un lieu spécifique, mêlant dimensions écologique, paysagère et urbaine. Elle est aujourd'hui objet de réflexion en matière d'aménagement.

L’un des enjeux tient en effet dans la disparition des espaces de lisières, ce qui pose des questions tant en termes de paysage (qualité des franges urbaines et des entrées de bourgs, transition entre milieu bâti et milieux naturels, …) qu’en termes de biodiversité (disparition de certaines espèces spécifiques des lisières…).

En écologie, la lisière s’applique communément à la bordure d’une forêt, à la limite entre deux formations végétales présentant des caractères différents (par exemple entre des arbres et des buissons, entre des arbres et une prairie, etc). La lisière présente des conditions écologiques particulières composées à la fois de certaines caractéristiques des deux milieux naturels adjacents et d’autres exclusives et propres à la combinaison de ces deux milieux. Les niches écologiques des lisières sont donc riches et diversifiées, souvent plus que les milieux naturels adjacents.

Le terme de « lisière » est également utilisé par les paysagistes et urbanistes qui élargissent l’utilisation de ce mot aux secteurs de franges, de transition entre deux espaces, on parle ainsi de « lisière urbaine » : « la lisière urbaine est l’espace d’interface entre ville et nature en charge de gérer la relation entre les deux. Elle constitue la transition entre l’espace urbanisé ou à urbaniser et l’espace agricole ou naturel. Elle concrétise la limite d’urbanisation par son épaisseur » [Bertrand Folléa, paysagiste].

Si les deux disciplines désignent des espaces différents avec le même terme, elles convergent en revanche sur un point : plus une lisière est épaisse et constituée, plus elle sera riche et diversifiée.

Dans les deux cas, c’est la rencontre, le frottement entre deux espaces différents qui crée cette richesse…

Les lisières déjà traversées
 
Le 5 mars 2017 à Magny-les-Hameaux

Que nous dit cette frange de la ville qui s’ouvre sur la plaine de Chevincourt ?

A Magny-les-Hameaux, le 5 mars 2017, la promenade n’a pas pu se faire à cause d’une pluie battante… Mais accueillis au café de l’Estaminet, grâce à la paysagiste et à l’urbaniste du Parc, nous avons quand même pu décrypter cette ligne de partage entre agriculture et espace habité à partir de photos-montages. L’historien de l’architecture, Jean-Baptiste Minnaert nous a ouvert les yeux, quant à lui, sur les formes bâties de ce quartier du Buisson.

La poète Marylin Hacker, nous a ensuite livré, en musique, ses mots sur ces lisières qui nous entourent, traduite par Jacques Fournier des Itinéraires Poétiques de Saint-Quentin en Yvelines, partenaire de cette rencontre. Un concert de la harpiste Isabelle Olivier et un moment convivial ont enfin clôturé cet après-midi au café de l’Estaminet autour d’un slam improvisé et participatif !

Voyages dans les lisières Magny

Le 24 juin à Janvry

Janvry fait partie du plateau de Limours, connu pour ses grandes étendues de champs céréaliers. Mais ce paysage offre bien d’autres richesses : des espaces boisés viennent ponctuer ce paysage ouvert, rompant l’horizontalité du plateau et créant des havres de vie pour une faune et une flore riches et spécifiques aux zones de lisière.

Le 24 juin 2017, l’occasion de la Saint-Jean, fête des moissons, la paysagiste et un naturaliste du Parc naturel ont emmené les promeneurs à la découverte de la vallée Violette et de ses franges. Des pauses musicales proposées par la harpiste Isabelle Olivier, ont souligné certains de ces lieux de lisière. Les enfants de l’école et quelques habitants sont intervenus avec elle dans une mise en scène conçue pour l’événement. A l’arrivée, un concert, au milieu d’un pré !, avec le clarinettiste Hugo Proy, le guitariste Raphaël Olivier et le batteur Dré Pallmaerts, ont clôturé la journée de manière magique, avant le feu de la Saint-Jean.

1er octobre à Clairefontaine

Niché au cœur du massif forestier de Rambouillet, le village de Clairefontaine offre une diversité de milieux naturels qui s’installent juste au contact du bourg : zones humides, roselières, châtaigneraie, sablière, landes, prairies…

Malgré la pluie une centaine de courageux ont pris le départ du rallye pédestre organisé sur le thème de la lisière et ont arpenté ces zones de transition entre le village et la forêt, découvert une mosaïque de paysages et la richesse du patrimoine naturel local… Les notes d’Isabelle Olivier ont chaleureusement accueilli les randonneurs sous le lavoir transformé en abri au sec pour la pause déjeuner. Ils avaient auparavant croisé le plasticien, Olivier Marty qui les avait invités à ramasser des bouts de paysage et de géologie dans des petits flacons disposés à l’arrivée.

A La Chapelle justement, les deux artistes ont ensuite proposé un concert-performance, introduit par une chanson et une mise en scène avec les enfants de l’école, persuadés que la lisière est « charmante, vivante, aimante »…

 
Prochain et dernier rendez-vous

 

Haut de page