Ma vallée n’est pas bidon !

Bidons sans frontières®
Imprimer

Les 5 et 6 mai 2012, le Parc a accueilli le photographe franco-suisse Gérard Benoit à la Guillaume et ceux qu’il nomme ses "collaborateurs inoxydables".

Le fondateur de Bidons Sans Frontières® a réalisé, aidé par plus d’une centaine de porteurs volontaires – habitants du Parc et de ses environs – trois installations Land art dans le cadre de la restitution grand public du Plan Paysage et Biodiversité des Vallées de l’Yvette.

Les Bidons, l'expo
 
Plusieurs de ces photos et bien d’autres ont été imprimées sur supports métalliques. Elles ont été présentées à différents endroits (château de la Madeleine, mairie de Saint-Forget ou de Saint-Rémy-lès-Chevreuse, bibliothèque de Cernay-la-Ville…).
L’exposition photo Ma Vallée n’est pas bidon ! est destinée à circuler dans le Parc et peut être prêtée gratuitement sur demande (Mission Patrimoine Culture 01 30 52 09 09).
 
Trois sites de choix pour le développement de la ribambelle métallique :
 
Le vallon du Pommeret, Lévis-Saint-Nom
 
Ce large vallon voisin d’un site de confluence de cours d’eau est occupé par l’agriculture céréalière. Cet emblématique Site Classé est dissimulé dans un écrin boisé qui l’isole de l’ancienne Ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines située à deux pas.
 
Les installations de Bidons Sans Frontières® sont venues souligner cet ensemble géomorphologique depuis la route du Pommeret, parallèle à la vallée, et un chemin de randonnée pédestre transversal et poser la question de la fermeture des vues, notamment de coteau à coteau.
 
Plus d’informations sur les orientations de ce site dans le Plan-guide de Lévis-Saint-Nom
 
 
Le vertugadin du château, Dampierre-en-Yvelines
 
Il s’agit de l’un des rares endroits du Parc où la vallée et le plateau se rejoignent encore. L’ouverture a été maintenue grâce à la volonté de conserver la perspective du château alors que généralement vallées et plateaux ont été isolés par des boisements ou par l’urbanisation. Ce site met en lumière les liens étroitement tissés entre la nature et l’homme dans la formation de nos paysages. Il permet également d’observer tant la dissymétrie des reliefs que les différences de végétation existant entre plateaux et fonds de vallées.
 
Les installations de BSF® ont permis à la fois de mettre en lumière la structure du vertugadin et la perspective historique, structures à l’origine du maintien de l’ouverture et de la lisibilité des reliefs.
 
 
Les prairies de Coubertin, Saint-Rémy-lès-Chevreuse
 
Il s’agit de l’un des secteurs à enjeu du PPB des Vallées de l’Yvette. Son étude a été particulièrement poussée dans un Plan-guide.
 
La préservation des milieux humides de fonds de vallées est un enjeu fort pour le Parc. Entre Chevreuse et Saint-Rémy-lès-Chevreuse, le pâturage a permis de prévenir ce secteur de l’enfrichement. Ces prairies sont aujourd’hui un véritable poumon vert, une percée de la nature dans la ville. L’installation de BSF® est venue souligner les interpénétrations entre la nature et la ville, le dialogue entre ces deux espaces.
 
 
Un grand merci aux porteurs et à Gérard Benoit à la Guillaume !
 
 
 
Haut de page