Bibliothèques

Imprimer
Lieux de vie et de rencontres, les bibliothèques prennent depuis 2009 une part active dans les animations initiées par le Parc. Pour le plus grand plaisir des lecteurs et des habitants.
 
Dans nos villages, ces lieux sont davantage des espaces de vie et de rencontres que des sanctuaires de la lecture empesés où le silence est d’or. Le plus précieux dans nos bibliothèques est au contraire que personne ne dort ! Ce qui brille, c’est la convivialité. Celle qui se lit dans les yeux lors de ces moments d’échange entre visiteurs et animateurs passionnés (bénévoles pour la quasi-totalité d’entre eux) de ces antres de la prose, de l’alexandrin et des bons mots. Celle de l’ambiance feutrée que renvoie l’amoncellement de livres – notez que l’acoustique est toujours exceptionnellement douce et apaisante dans une pièce envahie de bouquins du sol au plafond. Convivialité qui se goûte souvent en famille pour multiplier le plaisir. Les horaires d’ouverture pourraient parfois justifier des banderoles aux entrées des villages comme lors des fêtes tant les bibliothèques participent à l’animation locale. Certaines d’entre elles multiplient les événementiels et proposent des lectures, des ateliers d’écriture, des contes, des expositions…
 
Autant d’actions qui peuvent s’inscrire comme complémentaires de certaines thématiques culturelles et pédagogiques du Parc.
 
Eléna Maussion, chargée d’animation au PNR, s’est ainsi attelée à rencontrer les bibliothécaires des communes du Parc depuis deux ans avec quelques idées en tête. « Le Parc cherche toujours à s’appuyer sur les acteurs et les structures de la vie locale. Se rapprocher des bibliothécaires devenait une évidence pour développer les réseaux de proximité et contribuer à nous aider à toucher le public familial. » explique Éléna.
 
Une réunion en 2009 à laquelle étaient conviés tous les bibliothécaires nous a permis de mieux faire connaissance et présenter notre souhait : les associer pour participer à leur échelle à des événementiels comptetenu de leurs contraintes de temps, de disponibilité et d’espace. Pour une première expérience, la Fête de la nature 2009, nous leur avons proposé par exemple d’accueillir une exposition de photos, de sélectionner des ouvrages sur la thématique de la nature et de la biodiversité, de programmer une heure de conte sur le thème de la nature ou encore d’organiser une rencontre entre les photographes et le public, les écoles… Quatre bibliothèques ont répondu positivement : Le Mesnil- Saint-Denis, La Celle-les-Bordes, Chevreuse, Bonnelles. »
 
Celles-ci se voient dès lors incluses dans le programme des manifestations qu’édite le Parc. Un bon coup de publicité au passage reconnaissent les quatre structures qui, en retour, relayent les documentations, l’actualité et les projets du Parc.
Enthousiaste suite à ce galop d’essai, Sylvie Girard, responsable de la bibliothèque de La Celle-les-Bordes, s’inscrit depuis à quasiment toutes les propositions du Parc : Nettoyage de printemps, Fête des fermes, Nuit des étoiles…
« La fête de la nature 2009 a fait parler de la bibliothèque : un lieu où il se passe quelque chose, observe-t-elle. Mais, pour moi qui ai envie de partager, l’initiative du Parc va au-delà. Ces réunions nous ont fait se rencontrer, on commence à se connaître entre bibliothécaires… et on finira, je l’espère, par travailler ensemble, se prêter des ouvrages, être complémentaires et créer, pourquoi pas, un parcours thématique entre bibliothèques. Éléna nous a présenté les outils, les aides possibles, des idées, à nous d’en faire le meilleur usage possible. La BDY (Bibliothèque départementale des Yvelines) nous soutient beaucoup également. Elle permet de s’approvisionner en ouvrages sur le thème exposé ; ses documentaires et livres pour la jeunesse, par exemple, sont remarquables. »
 
Au royaume du livre, les enfants sont des pages !

Sans attendre le Parc, toutes les bibliothèques menaient déjà des démarches auprès des enfants des écoles ou des centres de loisirs. Contes, albums à feuilleter, jeux de lecture, les bouts de chou aiment ces moments qui, de plus, les sensibilisent à l’intérêt de la lecture. Sylvie Girard propose même des contes Kamishibaï, un petit théâtre d’images que le menuisier du village lui a fabriqué. Et pour les bébés de 6 mois à 3 ans, elle fait du « Raconte tapis » : une histoire qui se déroule sur un grand tapis en relief avec des pièces en tissu mobiles. « Les tout petits ne comprennent pas toujours tout mais ils écoutent et apprécient », se réjouit-elle.
 
A Chevreuse, les enfants ont été très intéressés par leur rencontre avec les photographes qui ont exposé aux Fêtes de la nature 2009 (Bruno Liva) et 2010 (Michel Di Maggio). « Ces moments privilégiés resteront certainement dans leur mémoire, confient Guillemette Guérin et Emmanuelle Liegey, responsables de la bibliothèque. Les expositions
proposées par le Parc sur la faune des jardins en 2010 et les animaux de la forêt en 2009 ont plu à l’ensemble du public mais pouvoir échanger avec les auteurs, les artistes, c’est encore plus fort. Les photographes
naturalistes sont passionnants, ils connaissent leur sujet. Présents pour les écoles en semaine, ils sont aussi venus le samedi. Le public leur a parlé d’animaux bien sûr mais aussi de techniques photographiques. Ce partenariat avec le Parc est à poursuivre, c’est très constructif. Pour la Nuit de la chouette, le Parc avait aménagé un nichoir et des panneaux d’information dans nos locaux, nous avions bien sûr une sélection d’ouvrages sur ce thème. »

La bibliothèque du Mesnil-Saint-Denis accueille des peintres, des dessinateurs, des photographes et rejoint ses consoeurs sur l’intérêt de continuer à programmer des événements avec le PNR, tout en améliorant un point : « certaines expositions telle celle sur les insectes manquent d’informations détaillées, il faudrait de petits commentaires sous les photos pour nommer et situer ce que l’on voit. Les visiteurs sortiraient avec l’impression d’avoir appris quelque chose, souligne Paule Gaillard, la responsable. »

Les bibliothèques semblent aujourd’hui trouver un nouveau souffle. Et celles qui deviennent médiathèques connaissent un succès encore plus grand. Si le Parc a pu donner une impulsion à certaines d’entre elles, tant mieux. Le prolongement de ce partenariat se fera par de nouvelles rencontres, des accompagnements et mises en valeur d’expositions, un relais d’informations (site Internet du Parc, Écho loisirs…). Beaucoup d’autres perspectives s’ouvrent aussi pour ces lieux de culture populaire : échanges entre structures, entre associations, interventions d’artistes locaux ou non, ateliers d’écriture, de calligraphie, rencontres débats, café littéraire, bourse aux livres… Les idées ne manquent pas, tout reste à écrire (ou presque) !
 
Article de Patrick Blanc pour l'Echo du Parc
 
Haut de page