Habitat Participatif : Informations pratiques

Imprimer
Dans un projet d’habitat participatif, construire, rénover, adapter, entretenir deviennent des actes, des décisions et des responsabilités communes à un ensemble de 5 à 20 citoyens associés dans le cadre d’une accession à la propriété, au sein d’un habitat groupé de qualité. Il s’agit d’une gestion sous forme de coopérative d’habitants qui partagent des valeurs communes : solidarité, mixité sociale, écologie. Les modalités pratiques sont donc définies ensemble : préfère-t-on réaliser certains travaux et les finitions en auto-construction ? Que retient-on comme espaces partagés (salle de réunion, de jeux pour les enfants, bureau ou atelier de travail, jardin, buanderie, chambres d’amis…) ?
 
Comment les gère-t-on ? Organise-t-on des services entre nous (garde d’enfants, covoiturage, voiture partagée…) ? À chaque groupe d’établir ses attentes et ses choix, bien loin des logements standardisés ! Ouvert à tous, ce mode de production de l’habitat séduit de plus en plus de futurs habitants, quels que soient leur milieu social et leurs ressources. Un critère à ne pas négliger : il faut être patient ! La constitution d’un groupe qui s’apprête à vivre le même projet et mener celui-ci à terme (définition et accord commun, recherche de terrain et construction, ou rénovation d’un bâti existant, permis…) peut s’étaler sur plusieurs années.
 
LE COÛT DE L’HABITAT
 
Il est généralement moins élevé de 10 à 30 % par rapport à un logement classique, notamment grâce aux espaces communs et à la mutualisation de certaines charges ou services. Il nécessitera cependant un investissement en temps plus conséquent. L’habitat participatif est désormais encadré et officialisé par un article de loi (mars 2014).
 
DES SOUTIENS POUR LES PROJETS
 
Des associations citoyennes et des opérateurs se spécialisent depuis peu dans cette démarche. Ils mutualisent offres et demandes et accompagnent les études de faisabilité.
 
Pour plus d’informations :
Haut de page