Le jour où j’ai construit moi-même ma maison…

Imprimer
Pierre Caillard est l’heureux propriétaire d’une maison en kit mais pas en toc qu’il a construite lui-même. Écologique, économique, elle a été primée lors de la 13e édition du concours maison économe. Interview dans son fief, à Chevreuse.
 
Article d'Hélène BINET pour l'Echo du Parc n°83
 
Vous avez acheté une maison en bois et en kit, comment vous est venue l’idée ?
 
D’abord j’avais envie d’une maison qui peut se passer de chauffage, pour économiser les ressources mais aussi pour limiter les émissions de CO2. Le coût de l’énergie va devenir prohibitif ces prochaines années, je préférais prendre les devants. Cela étant posé, j’avais le choix de me tourner vers la rénovation ou vers du neuf. La première solution est plus compliquée et la seconde, si on veut une maison passive, coûte très cher. C’est pourquoi j’ai choisi de construire moi-même mon habitation, pour avoir de la qualité et m’y retrouver financièrement. L’autoconstruction en bois est très accessible et on trouve plein d’infos sur internet. Il m’a quand même fallu rencontrer quatre fois l'Alec SQY avant de me décider.
 
Une telle maison s’achète sur catalogue ?
 
Il existe plein de sociétés qui vendent des maisons en kit. J’ai choisi Homelib parce qu’elle existe déjà depuis quelques années mais aussi parce qu’elle propose des murs en bois massif et non en ossature bois, ce qui simplifie le chantier. J’ai  dessiné moi-même les plans car au-dessous de 150 m2 on peut se passer d’architecte. Chez Homelib, on nous propose des choix par défaut sur l’épaisseur de l’isolant, le type de vitrage, mais on peut tout modifier si on le souhaite. C’est une maison en kit et à la carte.
 
Comment vous livre-t-on la maison ? Vous avez un mode d’emploi ?
 
Les murs arrivent prédécoupés aux bonnes dimensions, les poutres sont numérotées, il y a un mode d'emploi avec des vues 3D et des numéros un peu partout. Pendant le gros oeuvre qui dure environ deux semaines, un monteur Homelib expérimenté est présent pour superviser. J’ai fait venir la famille et les amis pour nous aider. C’était la partie la plus sympa.

Construction maison

Faut-il des compétences particulières ?
 
Rien n'est difficile à faire, ce qui n’est pas forcément le cas pour la rénovation. En revanche, ce qui est compliqué c'est de s'y retrouver dans la jungle des possibilités, des compromis, des avis contradictoires qu'on peut trouver sur internet. En fait, j’ai consacré autant de temps à farfouiller sur le web qu'à réaliser la maison. Après, il y a évidemment pas mal de tâches physiques fatigantes qui nécessitent d'être en bonne forme.
 
Quelle durée pour construire et aménager une telle maison ?
 
Ce qui prend du temps c’est surtout le second oeuvre. Avec ma compagne, il nous a fallu 8 mois pour que la maison soit finalisée, en y consacrant tous les soirs et week-ends. En réalité, ce n’est pas si long, tout s’est bien enchaîné et on a eu peu de galères.
 
Quelles ont été les bonnes surprises ?
 
Il n’a pas plu une goutte pendant les 2 semaines de gros oeuvre, c’était vraiment pratique. Personne ne s’est blessé, le budget a été respecté. On a aussi eu un gros coup de main d'un ami qui est devenu notre colocataire !
 
Et les mauvaises ?
 
Poncer les bandes de placo en décembre, c’est vraiment déprimant. On a eu des soucis avec l'artisan en charge du terrassement, résultat : du temps perdu et un résultat décevant.
 
Construction maison
 
Combien à coûté une maison de 133 m2 comme la vôtre ?
 
Le montant total n'est pas très parlant parce qu'on ne sait jamais ce qu'il couvre exactement. En résumé :
  • Chemin (90 m), viabilisation, raccordement, taxes : 35 000€
  • Gros oeuvre fondation, structure, menuiserie, isolation : 130 000€
  • Second oeuvre : plancher, cloisons, escalier, électricité, VMC,  chauffe-eau, bardage, ameublement… : 25 000€
On se sent comment quand on a construit sa propre maison ?
 
On est heureux d’avoir osé franchir le pas de l’autoconstruction en bois malgré les craintes de notre entourage et les récits de particuliers qui n’en voient pas le bout après plusieurs années. Le résultat est à la hauteur. Nous aurions préféré construire dans un éco-quartier un peu dense plutôt que sur une parcelle individuelle, mais on pas trouvé de projet en cours dans la coin au moment où nous cherchions.
Haut de page