Conseil en Energie Partagé

Imprimer
Les CEP pour réduire la consommation des bâtiments publics

Définition

Le Conseil en Energie Partagé (CEP) est un dispositif proposé aux collectivités afin d’améliorer la sobriété et l’efficacité énergétique des bâtiments et aménagements publics. Grâce au suivi des consommations, il est possible d’évaluer les économies réalisées par les communes, en euros, en kWh et en tonnes d’émissions équivalentes à du CO2 (tCO2-éq).

L’ADEME a créé ce dispositif pour aider les communes de moins de 10 000 habitants à réduire leurs dépenses d’énergie. Un technicien spécialisé en énergie réalise, dans un premier temps, un bilan énergétique (inventaire des bâtiments et éclairage, analyse des consommations, plan d’action pluriannuel, préconisations d’actions sans investissements, sensibilisation et animations pour les agents et les habitants) et assure ensuite pendant trois ans un suivi énergétique du patrimoine et des projets des communes (accompagnement et conseils).

Le CEP est financé par le Parc (voir modalités dans le guide des aides : aides 5.1 et 5.2) et réalisé par les Agences Locales de l’Énergie et du Climat (ALEC SQY ET ATEPS).

CEP

Consommation réelles du patrimoine communal (1)
toutes énergies confondues2 et selon la taille de la commune
 
D’après une enquête nationale menée par l’ADEME en 2012, ce sont en moyenne les communes de 5 000 à 10 000 habitants les plus consommatrices.
Les bénéfices d’un CEP peuvent s’apprécier après au moins 2 ans d’engagement. On observe ainsi déjà une meilleure performance énergétique du patrimoine communal sur les communes en CEP par rapport à la moyenne nationale.
 
Conseils en Energie Partagée
1 - Patrimoine communal : éclairage public, bâtiments communaux, véhicules
2 - Toutes énergies : électricité, gaz, fioul, propane, carburant
3 - 8 communes : Bonnelles, Chevreuse, Le Mesnil-Saint-Denis, Lévis-Saint-Nom, Senlisse, Poigny-la-Forêt, Magny-les-Hameaux, Saint-Forget
 
Les économies réalisées
 
Conseil en énergie partagée
 
Une analyse plus fine et plus complète permet ensuite d’apprécier les économies réalisées, en euros, kWh et tCO2-éq. Pour la grande majorité des communes en CEP, l’investissement a été rentable au niveau financier. Le coût du dispositif seul (hors investissements ayant pu être réalisés par les communes pour améliorer la performance énergétique de leur patrimoine communal) est inférieur aux économies réalisées ensuite sur la facture énergétique.
En termes de performance énergétique, les économies sont également bien réelles. Après 3 ans d’engagement, 5 communes ont, à elles seules, économisé 300 tCO2-éq, soit l’émission totale de CO2 de 24 habitants sur une année et 1,3 millions de kWh, soit la consommation de 4 300 téléviseurs durant une année ou la consommation totale d’énergie de 195 familles sur un an.
 
Pour réaliser ces économies, les communes en CEP ont mené des actions simples, nécessitant souvent peu d’investissements, comme l’optimisation des conditions tarifaires des contrats avec les fournisseurs d’énergie, l’adaptation des puissances, la meilleure régulation des chauffages dans les bâtiments, l’entretien régulier des systèmes de ventilation et rafraichissement, la sensibilisation et formation des agents aux gestes éco-citoyens ou encore l’extinction de l’éclairage nocturne. Les effets des travaux lourds de rénovatin thermique engagés récemment par les communes pourront être mesurés dans les années à venir.
 
En savoir plus
 
Bilan CEP
Haut de page