Sprint PNR x Make sense

Imprimer
Quand l’innovation sociale fait battre le cœur du territoire

Article issu du site internet de Makesenshttps://france.makesense.org/media/parc-naturel-regional-de-la-haute-vallee-de-chevreuse-quand-linnovation-sociale-fait-battre-le-coeur-du-territoire/

Une autre vie s’invente ici, tel est le motto des Parcs naturels régionaux. Dans celui de la Haute Vallée de Chevreuse, l’avenir s’imagine avec la Fabrik, un accélérateur d’initiatives aux portes de la métropole. Bienvenue dans une vallée qui vient de piquer son premier sprint de l’innovation sociale avec makesense.

Et pourquoi pas maintenant ? C’est ce que s’est demandé Gervais Lesage lorsqu’il a vu passer l’appel à innovateurs organisé par le Parc en novembre dernier dans le cadre du programme TRESSONS, piloté par l’Avise et le RTES. Trois mois plus tard, il lance le projet “Nos toits solaires”, qui rend accessible la production d’énergie solaire, en accompagnant les propriétaires de maisons dans une démarche d’achat groupé avec leurs voisins. Cette question, Gervais n’a pas été le seul à se la poser. Des trente-cinq porteurs d’idées du territoire qui ont postulé à l’appel à projet, dix ont été retenus pour rejoindre la première promotion d’un Sprint, un programme d’accompagnement, conçu par makesense et co-animé avec les équipes du Parc. 

Devenir entrepreneur.se à impact

Margaux Muracciole est en pleine démarche de création d’entreprise quand le Parc lui propose de postuler au programme. Après avoir rempli un dossier de candidature et un premier échange avec Mariannick Dumazeau – chargée de mission tourisme, elle rejoint sa promotion pour une aventure qui durera plus de deux mois : “Nous étions une dizaine à nous accrocher pour sortir nos projets de terre. Je me suis sentie soutenue et surtout, parce qu’on croyait en mon projet, j’ai pu prendre confiance en moi.” Le projet de Margaux, c’est Byom’ – des hébergements insolites en lisière de forêt pour une expérience éco-responsable, confortable et authentique. Impactée par la situation sanitaire, Margaux travaille aujourd’hui à une ouverture pour 2022.

“Ce qui a été fondamental dans ce programme, c’est la dimension humaine. Toutes les idées furent bonnes à prendre, tous les points de vue ont été reçus avec bienveillance. Il y a eu une grande solidarité entre les participants et l’équipe du Parc. C’est un vrai plus, quand on se met en avant au travers de son projet”.

Gervais Lesage, fondateur de Nos toits solaires

Aux côtés de Margaux et de Gervais, Franck Mathieu lance ArchiPossible, un collectif proposant des stages, des chantiers participatifs, des rencontres et des suivis aux bricoleurs du territoire : “J’ai avant tout candidaté pour faire connaître et reconnaître le projet auprès des élus et agents du Parc, en me disant qu’ils pourraient alors le soutenir concrètement. J’ai été agréablement surpris par la méthode proposée, que je n’avais pas encore éprouvée et qui s’avère assez efficace : définir de manière très précise une unique cible bénéficiaire et faire des essais itératifs dessus… c’est redoutable !” 

Ces méthodes d’innovation basées sur l’itération (lean startup) et l’approche centrée utilisateur (design thinking), sont à la base de tous les programmes d’accompagnement réalisés par l’incubateur de makesense depuis sa création en 2013. 

Favoriser l’émergence de projets à impact

Accompagner des entrepreneurs sociaux, ça ne s’improvise pas. Pour mettre en place ce dispositif, le Parc a décidé de réunir des compétences complémentaires de ses services dans un pôle baptisé la Fabrik. Le “qui” étant résolu, il ne restait plus au parc qu’à définir le “comment” : quelles méthodes et quels outils utiliser pour faciliter le développement de projets sur le territoire ? C’est assez naturellement que la Fabrik s’est associée à makesense, acteur historique de l’entrepreneuriat à impact en France. “L’accompagnement des entrepreneurs du Parc s’est basé sur notre programme Sprint, un format court de deux mois, 100% digital et prodiguant chaque semaine des ressources et un canevas à remplir pour avancer vite et bien dans son expérimentation et son prototypage”, explique Talia Sarfati responsable des programmes d’incubation chez makesense. Si Talia était mobilisée en soutien, pour préparer les sessions de coaching et y assister, ce sont bien les équipes du Parc qui ont prodigué conseils et cadrage aux dix entrepreneurs.

“Je n’ai jamais travaillé dans le domaine de l’accompagnement d’entrepreneurs, tout comme les équipes du parc. Il nous fallait un savoir-faire et c’est ce que le programme nous a fourni en nous permettant de grandir en tant qu’acteur de l’accompagnement de projets”.

Frank Poulon, élu au tourisme, à la liaison douce et à la mobilité durable.

Xavier Stephan, chargé de développement économique au sein du Parc et membre de la Fabrik, se souvient : “Le programme a beaucoup apporté aux entrepreneurs mais aussi aux équipes du Parc qui ont pu monter en compétences sur des outils d’accompagnement et profiter d’une dynamique de groupe. Cela nous a permis d’adopter la bonne posture et de gagner en confiance dans le coaching. De plus, le format nous a forcé à vite travailler sur du concret”. 

En plus de faire gagner le Parc en autonomie sur l’incubation de projets à impact, le programme a eu d’autres effets bénéfiques : “En lançant l’appel à projet, nous avons pu nous faire une idée des différentes actions citoyennes innovantes du territoire et modéliser une porte d’entrée à ces initiatives. Nous avons aussi gagné du temps ! D’une part dans notre façon de traiter les demandes entrantes de porteurs de projets, et en favorisant l’accompagnement collectif plutôt qu’individuel” nous explique Sandrine Missakian, aujourd’hui chargée de mission développement économique et durable et membre de la Fabrik.  

Construire le territoire de demain

Peu de gens le savent, mais le crédo des Parcs naturels régionaux tient en quelques mots : une autre vie s’invente ici. C’est pourquoi, en plus d’assurer la vie des villages et des bourgs qui le composent, le Parc de la Haute Vallée de Chevreuse a choisi de se positionner en tant que moteur d’innovation dans divers domaines, tels que le tourisme, la mobilité durable, l’énergie, l’alimentation ou encore la protection de la biodiversité.

“Pour renouveler et renforcer le tissu d’innovation du Parc, nous avons besoin de favoriser l’émergence et le développement de projets ayant un impact direct sur le territoire et sur nos enjeux environnementaux, comme la réduction de notre empreinte carbone et de notre consommation énergétique, par exemple”.

Georges Passet, élu au développement économique du Parc
et maire adjoint de Cernay-la-Ville

Pour les élus du Parc, l’initiative a été un bon moyen de s’inspirer des dynamiques innovantes du territoire pour se reconnecter aux besoins des habitants, et élargir leurs horizons. De par sa nature transverse, le programme a aussi permis de transformer les façons de travailler au sein de la collectivité, comme nous le rappelle Frank Poulon, élu au tourisme, à la liaison douce et à la mobilité durable : “Si le projet partait d’une très bonne idée de mes collègues du développement économique, ils nous ont tout de suite intégrés dans la démarche pour lancer un projet inter-commission. Ce fut une façon de travailler relativement agréable.”

Mais pour le Parc, ce programme d’accompagnement n’est que la première étape d’une longue aventure. Maintenant que de bonnes bases méthodologiques ont été acquises, l’enjeu est de capitaliser sur cet élan positif pour assurer la réussite des 10 projets de la première promotion… et préparer la suivante.

Filtrer
Haut de page