Up, le réseau social pour l'économie locale

Imprimer

La plateforme Up est un réseau social des plus classiques, à un détail près… Il permet à des entreprises et des   citoyens qui fourmillent de projets d’échanger et partager leurs compétences.

accueil UP

Ici, pas de photo de vacances ni de message d’humeur. Pas de publicité ciblée non plus. Non, le Up Campus c’est un réseau social d’un autre genre. Si comme ailleurs, on y renseigne son nom, prénom et lieu de résidence… On y précise aussi ses savoir-faire et ses projets. “Nous voulons que des citoyens engagés, des entreprises et des élus partagent leurs idées et trouvent ensemble des solutions” explique William Elland Goldsmith, le directeur de Mouvement Up… “Le Up, c’est une sorte d’incubateur numérique. Si quelqu’un a par exemple pour projet d’ouvrir une épicerie  solidaire, il le partage et laisse ainsi l’opportunité à d’autres inscrits de prendre la balle au bond. Les choses vont bien plus vite que par des schémas classiques”. Et les idées ne manquent pas sur Up ! Exposition pédagogique itinérante, jardin en permaculture, ateliers recyclage, librairie nomade, food truck bio… Il y a près de 130 000 porteurs de projets venant des quatre coins de la France inscrits sur le réseau social ; tantôt des start-upers en quête de contacts ou d’endroits où asseoir leur activité, tantôt des associatifs voulant élargir leurs réseaux. Il y a trois ans, les créateurs du Up ont voulu territorialiser les choses. “Nous nous sommes rendu compte que localement, des individus à quelques kilomètres l’un de l’autre avaient les mêmes problématiques et besoin de se retrouver” raconte le directeur du projet. C’est ainsi que le UP Sceaux Lyon ou Nantes ont vu le jour. Aujourd’hui, les zones plus rurales ont elles aussi leur propre réseau sur le Up. Au mois de juin dernier, le Up Parc naturel Chevreuse a été lancé pour les acteurs du Parc  naturel régional de la Vallée de Chevreuse.

Un incubateur numérique

marie UpParmi les utilisateurs du Up PNR, il y a Marie Fofana, une ancienne infirmière qui a tout plaqué pour réaliser son rêve: bâtir un écocentre en plein coeur de Dourdan l’une des villes portes du Parc naturel. Elle imagine un lieu de vie intergénérationnel, “un lieu où l’on se reconnecte à la nature via des ateliers, un potager, une micro-ferme, où l’on apprend les uns des autres”, décrit-elle. Récemment, elle a eu une bonne nouvelle : la mairie de Dourdan a cédé à son association un terrain de 900m2 via un bail de six ans en plein centre. “Dire qu’il y a un an, nous n’avions rien ! On avance doucement et toutes les sources d’énergies sont bonnes à prendre”. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle a
inscrit son projet d’écocentre sur le réseau Up. Et cela fonctionne ! En quelques semaines à peine, elle a pris contact avec une spécialiste de la communication, découvert un autre inscrit qui aimerait lancer un bus pédagogique et avec qui elle souhaite organiser des activités. “On peut s’aider et faire évoluer nos projets avec facilité, c’est ce qui m’a plu sur ce réseau social”.

“Après plusieurs années dans l’hôtellerie de luxe, j’ai décidé de voler de mes propres ailes en fabriquant un produit qui me tient à coeur : la confiture. J’ai décidé de prendre la suite d’un ami, confiturier depuis plus de 15 ans et partant à la retraite. Hors de question pour moi de laisser ce savoir-faire disparaitre !“ Pour lancer son activité elle a mobilisé
son réseau pour collecter notamment 3 000€. Via la plateforme UP elle a pu être mise en relation avec des distributeurs locaux comme Ecoccinelle (site de e-commerce dédié aux produits locaux à Galluis) ou la Roulotte du gout (food truck à La-Queue-lez-Yvelines). Pour poursuivre son développement, elle souhaite convertir sa production au biologique et elle a lancé sur le Up une demande pour un local plus grand !

Site de rencontres… utiles

justine_confitureJean-Pierre Boiselet vit au Perray-en-Yvelines. Il y a un an et demi, ce réparateur de 57 ans décide de mettre à profit ses qualités de réparateur et s’investit auprès du répare-café de Rambouillet. Il imagine aussi un mini-bus  pédagogique, écologique, qui irait directement à la rencontre des citoyens et des écoliers, quelques jours par semaine pour des ateliers de jardinage et recyclage. Ce mini-bus pédagogique fait partie des projets du Up PNR Chevreuse. Sur la page qui lui est dédiée, Jean-Pierre Boiselet raconte où il en est et détaille ce qu’il lui manque. Le Up PNR Chevreuse est aussi un outil efficace pour être accompagné par des professionnels -chambres consulaires, boutiques de gestion…-, pour trouver des financements via la Région par exemple, ou encore pour implanter son activité dans un coworking ou via une bourse aux locaux. “Lorsque l’on a un projet et que l’on vit en milieu rural, on ne sait pas toujours à quelle porte frapper pour se faire aider” raconte le réparateur.
L’ambition du Parc et de ses partenaires est de faire du réseau Up PNR Chevreuse un véritable incubateur numérique dédié aux projets innovants et durables.

Vous y allez ? https://up-pnr-chevreuse.org/

 

Article echo du Parc septembre 2018, Delphne Thébault.

Haut de page