Les orgues de la Vallée

Print
L’orgue, ce vocable qui, comme l’amour - et délice- se singularise en se muant au pluriel féminin. Ainsi les grandes orgues, pour des moments de folles amours musicales. La passion qui anime ses musiciens conduit au partage.
Sur le territoire du Parc et environs, concerts, festivals, rencontres se multiplient, d’un village à l’autre, de chapelles en églises. La restauration ou la mise en place des majestueux mais fragiles instruments va de pair avec des mouvements associatifs qui réunissent coeurs et choeurs.
 
En Haute Vallée de Chevreuse souffle un dynamisme très fort autour de l’orgue. Senlisse, Lévis-St-Nom, Châteaufort, Magny-les-Hameaux… plusieurs associations accueillent chaque année des concerts autour des précieux claviers. Pour autant, la volonté des uns et des autres est de ne pas enfermer l’instrument et sa musique dans un répertoire uniquement culturel.
 
« L’orgue est naturellement associé aux marches nuptiales et aux solennités religieuses ; il offre, bien au-delà du seul
cadre paroissial, les sonorités magnifiques d’un instrument aux possibilités magnifiques et souvent mal connues du
 public » explique Gérard Finan, président de l’association AOC, les Amis de l’orgue de Châteaufort, fondée en 1986.
 
Improvisation, musique ancienne, classique et contemporaine, gospel, blues, musique traditionnelle du Monde, les répertoires ne manquent pas pour l’orgue, cette machine fabuleuse. Chacun d’entre nous devrait ainsi avoir au moins une fois dans sa vie assisté à un concert d’orgue pour comprendre la puissance, la sensation extraordinaire qu’il transmet non seulement aux oreilles mais à tout le corps !
 
Un orgue quasi unique au monde à Lévis
 
La Vallée de Chevreuse compte aussi de prestigieux organistes. Parmi eux, Francis Vidil. On pourrait le qualifier d’ambassadeur de l’orgue tant ses idées, l’ordonnancement de ses journées, ses démarches fédératrices semblent tournées toute entière vers cet instrument. A son actif, deux initiatives majeures à l’échelle du Parc : la création de la Route des Orgues, randonnée musicale, et l’élaboration patiente, d’un orgue époustouflant et probablement unique au monde en l’église de Lévis-Saint-Nom.
Pour mener à bien son sacerdoce, Francis Vidil a créé l’association EOL, initiales des mots « Éclats d’Orgue à Lévis-Saint-Nom », nom donné également à l’instrument – l’Orgue Eol-qui préfigure selon lui l’orgue du XXIe siècle.
L’orgue et son instrumentiste se placent aujourd’hui face au public et ne se cachent plus. Francis Vidil perpétue cette démarche initiée par Jean Guillou titulaire du grand orgue de Saint-Eustache à Paris et Président d’honneur d’EOL. « Tout le monde ici se retrouve autour de l’Orgue Eol, sur le parterre, au coeur de l’église, avec ses 13OO tuyaux et, fait très rare, ses 95 cloches et 8 effets de percussions. Les concerts permettent de faire rayonner cet instrument tant sur le plan culturel – 240 concerts depuis 1993 - que cultuel. Déclinée auprès des plus petits, La Route des Orgues des Enfants, précédant de quelques jours la Route des Orgues officielle, permet aussi aux plus petits de nombreux villages de découvrir, après une visite de leur église et de son instrument, notre orgue incroyable, qu’ils peuvent toucher et jouer. »
 
Le souffle de quelques notes, les rugissements des basses, le tintinnabulement des cloches vous mettent déjà en mouvement. L’impact des vibrations sonores sur le corps est très fort, et probablement thérapeutique ! « J’ai notamment un souvenir ému des enfants de l’hôpital de pédiatrie et de rééducation de Bullion, émerveillés par l’orgue, pleins de joie, agglutinés à ses claviers… »
 
Un nouvel Orgue pour Notre-Dame de la Roche
 
Petit à petit, des communes restaurent leur instrument ou achètent un orgue à tuyaux pour leur église. Site privé appartenant à la famille Lévis-Mirepoix, l’abbaye Notre-Dame de la Roche, à Lévis-St-Nom, a reçu en avril 2012, un orgue anglais datant de 1875 et comportant des tuyaux décorés d’armoiries.
 
Francis Vidil a réceptionné les pièces de l’instrument, qu’un facteur d’orgue restaurera et installera sur une durée espérée d’un an. Le meilleur emplacement est encore à affiner dans la recherche d’un rendu sonore et visuel idéal. L’orgue anglais sera, à mesure de sa renaissance, symbole d’ouverture de l’abbaye au public et, d’ores et déjà, au coeur des prochaines saisons de la Ronde des Orgues.
 
L’église de la petite commune de Senlisse abrite depuis 2005 un orgue hollandais de la même époque -1874- acquis grâce à la mobilisation d’une association créée pour la circonstance : L’Orgue de Senlisse, qui organise quatre à six concerts par an et sollicite des dons pour financer l’instrument. « Il enrichit notre patrimoine culturel et artistique, se félicite Yannick Lebreton, Président de l’association. »
 
Orgue de Magny-les-HameauxPatrimoine culturel et artistique
 
Même démarche à Magny-les-Hameaux où l’association Clair d’Orgue a été créée en 2009 pour acquérir un petit orgue italien de 1829 qui a maintenant trouvé sa place dans l’église St-Germain du vieux village.
« Nous avons en projet des animations à destination des enfants des écoles afin d’élargir le public et faire découvrir aux plus jeunes la richesse incomparable de ce fabuleux instrument, se réjouit Magdeleine Gonzalez, présidente de l’association. Clair d’Orgue a aussi permis de créer des liens entre des personnes qui partagent une même passion, qu’elle soit musicale ou patrimoniale. »
 
A noter : tous ces orgues sont joués à l’occasion des messes et des événements religieux. D’autres églises voisines accueillent un orgue à tuyaux : Rambouillet, Chevreuse, St-Rémy-les-Chevreuse, St-Lambert-des-Bois, StRémy l’Honoré, Montfort-L’Amaury, … Lors de concerts, n’hésitez pas un instant, allez vibrer d’émotions, votre regard sur ce magnifique instrument aura changé ! 
 
Article de Patrick Blanc pour l'Echo du Parc n°55 (septembre 2012)
 
Top of page