Appel à projet artistique « Moulins d’hier à aujourd’hui »

Print

Avec la DRAC Ile-de-France le Parc naturel propose une résidence-mission sur le thème des moulins à eau.

Contexte et objectifs

Réalisation d’un inventaire des moulins à eau

En partenariat avec le Service Patrimoines et Inventaire de la Région Ile-de-France, le Parc naturel a réalisé un inventaire des moulins à eau.

80 moulins ont été identifiés sur les 53 communes du territoire, quasiment tous des moulins à blé.

Même si leur débit était faible, les rivières du Parc étaient donc densément occupées par ces « usines » distantes l’une de l’autre de 2,5 km en moyenne !

Le paysage a par ailleurs été façonné par ces installations, le moulin n’étant en effet pas seulement qu’un bâtiment qui accueille les mécanismes de mouture mais aussi un dispositif hydraulique fait de canaux, déversoirs, vannes et autres installations hydrauliques.

Le territoire et l’histoire locale sont donc marqués par cette activité qui en plus était essentielle car nourricière.

Un patrimoine fragile

Au début du XXème siècle ces moulins ont cessé de fonctionné. Privé de leur usage ces installations sont peu à peu tombées dans l’oubli et n’ont pas été entretenues. Certaines ont disparu, les autres sont majoritairement devenues des propriétés privées. Transformées, leurs traces patrimoniales sont tenues. Privatisées, cachées par des clôtures et des aménagements postérieurs, leur visibilité a disparu. A part la toponymie, leur présence est aujourd’hui insoupçonnée. Autrefois solidaires pour leur fonctionnement, les moulins sont aujourd’hui coupés les uns des autres et l’échelle de la vallée qu’ils animaient s’efface.

Mais pour autant l’histoire qu’ils évoquent et l’univers du meunier intéressent les habitants et les élus !

C’est un patrimoine devenu quasiment immatériel, c’est plus une histoire dans les mémoires que des traces tangibles que l’on peut voir.

Pour autant parmi les 80 moulins repérés, une dizaine porte encore les 3 dimensions du moulin (architecture, technique, hydraulique) et sont les derniers témoins à partir desquels peut se tenir un propos. Quelques-uns gardent l’une des traces (une roue par exemple) et en ce sens gardent aussi une dimension pédagogique.

Les objectifs du projet

  1. Faire connaître une activité marquante pour le territoire. Evoquer cette histoire technique et nourricière, le paysage forgé et l’échelle de la vallée.
  2. Faire connaître un patrimoine devenu invisible, évoquer cette histoire. S’appuyer sur des traces évocatrices pour porter un propos plus large.
Date limite de candidature le 31 octobre 2021
Top of page