L'avenir du Château de la Madeleine

Imprimer
Ce qui va changer au château de la Madeleine
Article de l'Echo du Parc n°83 - février 2020
 
Pourquoi le château de la Madeleine est-il fermé au public le week-end depuis septembre ? C’est une interrogation légitime que se posent les visiteurs et tous les acteurs du tourisme !
 
La réponse est simple : il s’agit d’une propriété du Conseil départemental des Yvelines qui a totalement arrêté de financer le Parc depuis 2017, sans tenir compte des dépenses engagées par le Parc pour l’accueil et l’animation du château de la Madeleine.
 
Aussi longtemps qu’il a été possible de le faire, le Parc, très attaché à l’accueil du public, a assuré cette mission et entretenu les lieux (voir encadré). Pourtant, la réalité financière a fini par prendre le dessus. C’est pourquoi le Parc a dû se résoudre à réduire les dépenses et supprimer le poste lié à l’ouverture du week-end. Il l’a fait à regret et après en avoir dûment informé bien en amont le Département et la commune de Chevreuse. Cette situation regrettable ne devrait être que transitoire car une réflexion est en cours entre les parties concernées pour une réouverture de ce magnifique site historique et touristique.
 
En 1989, le Parc a pris en charge l’accueil du château. Il reçoit 60 000 visiteurs par an. Le PNR gère et finance depuis 20 ans sur ce site :
  • l’ouverture les dimanches et jours fériés
  • l’ouverture en semaine (du mardi au vendredi)
  • les visites guidées de groupes
  • les ateliers et conférences thématiques
  • l’assurance, l’entretien des bâtiments, le ménage
  • l’entretien des extérieurs dans la cour
  • l’accueil d’événements (Journées du Patrimoine, Virades de l’espoir, artisans d’art, parcours d’artistes...)
  • la signalétique, le mobilier et matériel d’exposition
  • la communication
Depuis le 1er septembre 2019, faute de financement départemental, le PNR ne peut plus assurer l’accueil du public le week-end.
 
Château de la Madeleine
 
Une décision similaire a été prise pour le musée du Petit Moulin des Vaux de Cernay. Seules les visites de groupe sont maintenues à compter du 1er mars. Des discussions sont en cours avec le propriétaire, le Département des Yvelines, la commune et l’EPCI, qui dispose de la compétence tourisme, pour une reprise de la gestion de l’équipement. Le Parc s’est engagé à poursuivre l’animation du lieu. Il ne peut toutefois en assurer seul les coûts. Le Petit Moulin devrait prendre un nouveau départ sous l’impulsion d’acteurs associatifs, des collectivités, au premier rang desquelles le Département qui se propose de soutenir activement une solution associative. Le Parc restera vigilant pour que le lieu conserve sa vocation patrimoniale et d’animation du site des Vaux de Cernay.
 
Quel avenir pour l’équipe du Parc au château ?
 
Le Département souhaite développer au château de la Madeleine un projet de grande ampleur et a décidé en octobre 2019 de mettre fin aux conventions qui permettent au Parc d’occuper les bureaux du châtelet et de la basse-cour. Cette annonce à oblige à chercher en quelques mois d’autres locaux pour reloger provisoirement la partie de l’équipe contrainte de quitter le château. L’autre moitié installée dans l’extension contemporaine du château restera sur place puisque les locaux sont encore à l’usage du Parc pour 66 ans, grâce à un bail emphytéotique.
 
Château de la Madeleine
 
Une solution de relogement vient d’être trouvée pour la moitié de l’équipe à la Maison de l’environnement, grâce au soutien et à l’efficacité de la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines et de la commune de Magny-les-Hameaux.
 

Ferme de Beaurain

Dans une perspective plus pérenne, la ferme de Beaurain au Mesnil-Saint-Denis va être rénovée et aménagée avec le soutien de la Région Ile-de-France, ce qui permettra de réunir l’ensemble de l’équipe dans un équipement à la fois patrimonial et environnemental.
 
Pendant ce temps-là, le Parc remplit ses missions premières
 
Un Parc naturel, c’est un label du Ministère de l’Environnement soutenu par la Région, les collectivités locales et d’autres partenaires institutionnels pour mener à bien des missions d’intérêt général. Le Parc conseille et finance à ce titre les 53 communes qui le composent pour réaliser des actions de terrain qui visent à :
  • Préserver et restaurer la bioviversité et les patrimoines,
  • Sauvegarder les paysages et le caractère rural du territoire,
  • Diminuer la pollutions,
  • Contribuer aux économies d’énergie et aux énergies renouvelables
  • Soutenir l’agriculture durable, les filières courtes , le commerce de proximité
  • Améliorer les déplacements et l’éco-mobilité
  • sensibiliser le public aux enjeux environnementaux
Dans un contexte de réduction de ses moyens, les resources du Parc doivent donc être utilisées pour ces missions premières et les nombreux projets portés par les communes ou les particuliers et que le Parc accompagne.
 
Haut de page